A la recherche de mon sosa 1000

Bonjour à tous et toutes,

Succombant au challenge lancé par Maïwen sur son blog d’aïeux et d’ailleurs en 2008 et réactivé ces derniers jours, moi aussi comme beaucoup de Généablogueurs, je me suis mis à chercher mon sosa 1000. Comme je n’ai pas souvenir de l’avoir trouvé, pas plus que le sosa 500 ou le sosa 250 je suis obligé de faire une petite gymnastique calculatoire (mais vous allez voir c’est facile) pour voir dans quelle branche se trouve t-il.

Partant du Sosa 1000, je redescend les générations, en partant de deux règles simples de la numérotation Sosa-Stradonitz :
a) le numéro d’un père est le double de celui de son enfant
b) le numéro d’une femme est celui de son mari plus 1.

– Sosa 1000 est le père de Sosa 500
– Sosa 500 est le père de Sosa 250
– Sosa 250 est le père de Sosa 125
– Sosa 125 (femme de Sosa 124) est la mère de Sosa 62
– Sosa 62 est le père de Sosa 31
– Sosa 31 (femme de Sosa 30) est la mère de Sosa 15
– Sosa 15 (femme de Sosa 14) est la mère de Sosa.7
– Sosa 7 (femme de Sosa 6) est la mère de Sosa 3
– Sosa 3 est ma maman puisque Sosa 1 c’est moi 🙂

Donc sosa 1000 est dans ma branche maternelle. Pour y arriver il faut remonter 10 générations en alternant ligne cognatique ( 3 > 5 > 7 > 31 ) et ligne agnatique ( 125 > 250 > 500 > 1000).

Graphiquement c’est plus parlant – je reprends ici le schéma de Maïwenn complété des numéros sosa ( pour en savoir sur la numérotation Sosa-Stradonitz plus cliquez sur l’image) :

La numérotation Sosa-Stradonitz
La numérotation Sosa-Stradonitz

Je lance alors mon logiciel de généalogie préféré pour savoir qui est qui.

Et là, patatras : ma branche gardoise !
Le Gard étant un des derniers des départements à mettre ses archives en ligne (fin 2016 aux dernières nouvelles), mes connaissances sur cette branche sont très succintes.
Aidé au début des années 90 par +Alain Alègre de la Sougeole, alors responsable de la section gardoise du Cercle Généalogique de Languedoc, je ne remonte que jusqu’à mes sosa 62 et 63 : Francois TILLARD et Justine BASTIDE, couple qui a la particularité d’avoir eu quatre filles dans quatre communes différentes sur deux départements.

  • Marie Justine TILLARD, née en 1851 à Laval-Pradel, Gard. Décédée en 1931 à Montpellier, célibataire.
  • Anne TILLARD (mon aagm -sosa 31), née en 1853 à Reventin-Vaugris, Isère. Décédée en 1900 à Lattes, Hérault. Mariée en 1872 à Salindres (Gard) avec Auguste VIALAT (sosa 30).
  • Marie-Louise TILLARD, née en 1857 à La Grand-Combe, Gard. Décédée en 1928 à Montpellier. Mariée à Claude PALMIER.
  • Olimpe Félicie Maire TILLARD, née en 1859 à Robiac, Gard. Décédée en 1903 à Montpellier, célibataire.

En 1872, François est briquetier a Salindres (Gard). Des recherches sur GeneaNet ne donnent rien. Beaucoup de TILLARD à Portes, La Vernarède (Gard) que je ne peut pas relier aux miens. Blocage ? Hum.. pas tout a fait.

Ayant récemment consulté les relevés de Genea30 sur les notaires du Vigan, j’ai alors lancé une recherche de Tillard + genea30 sur le moteur de recherche à lunettes. Et là ..

image

Tiens, voilà un TILLARD François, de plus, il est briquetier…

Je rentre sur le site Genea30 pour en savoir plus et je trouve :

>> Mariages La Grand-Combe 1847-1853

Mariage le 17 04 1850 de :

  • TILLARD Francois, briquetier 29 ans, né 30/04/1821, fils de Hugues cultivateur et de VELLAY Marie, origine Reventin-Vaugris (38) hbt La Grand Combe
  • avec BASTIDE Marguerite Justine, cuisinière 23 ans, née le 02/03/1827 à Aubignac cne de La Gd Combe (30), y hbt de feu Alexis, propriétaire, decedé le 06/02/1849 et de BLAZIN Marguerite.

Témoin – BASTIDE Alexis frère de 40 ans.
Code photo LGC-M1_00133 – 00134.

Voici donc mes sosas 124 et 125 : TILLARD Hugues et VELLAY Marie et je peux maintenant l’affirmer : mon Sosa 1000 devrait être un VELLAY.

D’autres relevés sur Genea30 (Les Salles-du-Gardon, La Grand-Combe, Laval-Pradel) me donnent des informations complémentaires sur les parents et le frère de Marie Justine BASTIDE :

  • 126 – Alexis BASTIDE est né le 15 février 1784 fils de Joseph et Anne SIRVAIN du Mas d’Aubignac (La Grand-Combe).
  • 127 – Marguerite BLAZIN est née à Saint-Paul-la-Coste, fille de Claude et PALADE Elisabeth.
  • Ils se sont mariés le 25 août 1806 à Laval-Pradel avec un contrat de mariage passé le 9 avril 1806 chez M° PRIVAT de Blannaves.
  • Alexis BASTIDE (le frère de Marie Justine) est né le 21 mars 1810 à Laval-Pradel.
  • Je trouve aussi une soeur: Marguerite Rosalie, née à Aubignac (Les Salles-du-Gardon) le 5 janvier 1820. Mariée le 26 février 1838 aux Salles-du-Gardon avec JEAN Jean (enfant naturel).

Tout cela reste bien sûr, à confirmer avec les actes.

A suivre…

Sources et Liens :

Edition du 28 mars 2015 : cosmétique, ajout des sources et liens

 

Thierry

Advertisements

Une réflexion au sujet de « A la recherche de mon sosa 1000 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s